Marches dans les environs d’Oloron

Mais qu’est-ce qu’ils peuvent donc pouvoir faire en Béarn après avoir connu la vie parisienne ?
Je ne reviens pas sur nos sorties « culturelles » (j’écris culturelles entre guillemets car pour certaines personnes l’adjectif a une connotation péjorative) décrites dans une précédente page intitulée « activités culturelles sur Oloron ». En avant pour les balades tranquilles (de durée maximale 3h)  autour de chez nous, avant d’aborder les randonnées de montagne.
Béarn des vallons, des coteaux, des plaines et des montagnes. Pays basque (Soule) voisin. Les sites abondent ainsi que les chemins qui les relient. Finis les sports de notre jeunesse : rugby, foot, pala, squash. Toujours pas commencés les ébats aquatiques : le montagnard nait sans palmes ni nageoires. Peu utilisés vélo et VTT, bien que le terrain s’y prête et que le nombre de pratiquants ne cesse de croître.
Il nous reste campagne, collines et pics à découvrir pedibus : marche, rando, raquette …. qui excitent nos sens dans tous les sens. S’en mettre plein la vue sans rien payer ; se laisser caresser les oreilles par les gazouillis, le tintinnabulement des clochettes, le frémissement des feuillages ; humer à tout va les parfums des prairies et des bois.

Les itinéraires de la plupart des marches ou balades tranquilles, en partant de chez nous, en toute saison, figurent dans le schéma joint où les échelles ne sont pas respectées.
[1] Tour classique passant par le Château d’Eau et traversant une partie du bois de Saint-Pée. Les rencontres de gens connus y sont fréquentes et rallongent la durée de la promenade, mais on aime ça. L’automne est propice à la cueillette des champignons dans ce trajet.
[2] Soum de Thès. Petite grimpette sur la fin. De là-haut, observation à 360°, au-dessus du village de Féas. En face la chaîne des Pyrénées, de l’autre côté le village souletin d’Esquiule. Sur les deux photos qui suivent, avec nos filles Aurélie et Séverine, on dira que le vent violent explique certaines grimaces du visage.

En haut de Thès

En route pour Thès
[3] Boucle passant par Oloron et Moumour. Quand le maïs a été coupé les pics d’Anie et d’Arlas se détachent au loin dans toute leur splendeur.
[4] Du Pont Noir au Pont de Féas en passant par le Pont Lavigne. Sous ces trois ponts s’écoule le Vert qui se jette dans le Gave d’Oloron à Moumour. Ce trajet est aussi celui de nos footings.
[5] Boucle autour d’Agnos (non marquée dans le schéma ci-dessous).
[6] Outre ces promenades que l’on peut démarrer de chez nous sans utiliser la voiture, il en existe bien entendu des tas d’autres dont le point de départ est plus éloigné et nécessite un transport en voiture : chemin entre Féas et Aramits, boucle autour de Précilhon, croix d’Escou (photos ci-dessous), promenade au-dessus de Lescun , boucle autour d’Accous ….

img549

Quelques vues (3) prises proches de notre habitation

detout 064

neige en Béarn le 26-02-2013 007

neige en Béarn le 26-02-2013 010

Trois autres vues lors de la boucle autour d’Escou : la croix, sur une hauteur dominant Escou et Escout, est visible depuis la RN 134, au niveau du passage à niveau d’Herrère

Mars et avril 2013 035 Mars et avril 2013 029 Mars et avril 2013 031

Activités culturelles sur Oloron

Voici quelques éléments de réponses aux personnes qui nous demandent si les sorties culturelles de Paris ne nous manquent pas et qui veulent savoir de quelle manière nous nous « cultivons » en Béarn et particulièrement sur Oloron.
– Il est évident que le Béarn, comme toute autre région de l’hexagone, n’offre pas le même choix de spectacles/expositions … que celui proposé en région parisienne (ou dans d’autres grandes métropoles), tant dans la variété des thèmes à l’affiche que dans la durée de leur représentation. Variété des thèmes car dans la même journée sur Paris on peut se choisir un film, un musée, une visite de monument ou de quartier… parmi une longue liste de sites. Bien sûr Oloron ne peut pas avoir la même prétention. Durée des représentations : toujours sur Paris, une pièce de théâtre, une exposition, un concert… peuvent rester à l’affiche plusieurs jours ou semaines en un même endroit et laissent à chacun(e) la possibilité de décider de son jour de visite. Alors qu’à Oloron il ne faut pas manquer la date de représentation, parfois unique.
-Enfin, trois remarques générales avant d’énumérer les moments et les lieux de culture sur Oloron.
* nous ne citons que les événements culturels auxquels nous avons assisté personnellement ces deux dernières années car il serait fastidieux de dresser un catalogue de toutes les manifestations passées dans la région.
* nous ne nous étendons pas non plus sur ce que nous avons vu ou entendu en dehors d’Oloron et des villages voisins, c’est à dire en Béarn ou Pays Basque : Pau, Monein, Biarritz, Araujuzon …
* nous excluons ici les spectacles en langue occitane (béarnaise), ce qui pourrait (devrait ?) faire l’objet d’un autre article,  qui me motivent fort, en tant que spectateur mais aussi parfois en tant qu’acteur.

La liste des principaux lieux déjà fréquentés : Espace Jéliote, Cinéma Le Luxor, Musée Révol, Théâtre La Chapelle, Espace Laulhère, Cathédrale Sainte-Marie, Mairie d’Oloron, Médiathèque, Salle Pallas.
Jéliote, natif d’Oloron, musicien/chanteur de la Cour de Mme de Pompadour. La Salle qui porte son nom, ouverte en mars 2001, offre une palette très large de spectacles pour tout âge, en particulier une programmation spéciale adressée au jeune public. Un abonnement annuel de 3 spectacles octroie une réduction pour tous les autres. La CCPO (Communauté de Communes du Piémont Oloronais) propose ainsi, entre les mois de septembre et de mai : théâtre, marionnettes, danse, musique, chanson, humour, nouveau cirque. Soyons un peu chauvin en insistant sur la qualité  des spectacles proposés et sur les surprises qui nous y attendent. En plus de celles de la CCPO la Salle Jéliote s’ouvre à d’autres représentations comme celles des groupes Nadau, Quetzal, Sensible (soirée caritative en faveur du Guatemala) … Également une projection-débat sur Louis Barthou. Chaque année le Festival de Jazz, Festival des Rives et des Notes, attire de plus en plus de monde, amateurs ou initiés, et certains groupes poursuivent ensuite sur Marciac, comme cette année Roberto Fonseca, Ibrahim Maalouf, Lars Danielsson…
Le Luxor, cinéma tenu par les frères Paris, s’efforce de présenter des films de genres variés pour séduire un public élargi, ce qui explique que sa fréquentation est pour ma part irrégulière. J’apprécie que la plupart des films étrangers sont projetés en version originale sous-titrée et que la date de leur sortie en salle n’est jamais trop tardive. Des séries nous sont parfois proposées, comme l’an passé avec une quinzaine du Cinéma italien, cette année une rétrospective de films tournés autour de l’œuvre d’Albert Camus. Quelques unes de ces soirées se terminent par des débats/discussions, comme avec des acteurs d’un film sur le Larzac.
Le Révol est une Salle qui expose les œuvres d’artistes souvent locaux : photographes, peintres, sculpteurs…
Au théâtre La Chapelle, pas toujours connu hélas de certains Oloronais, on apprécie le jeu de troupes locales, comme La Baraque, et la variété ou l’originalité des thèmes joués. Il peut s’agir de Brèves de Comptoir ou de pièces liées à la condition féminine.
L’Espace Laulhère est une ancienne usine de textile reconvertie en salle de concerts (Nadau) ou d’expositions : celles présentées par des Associations militantes comme Terre de Mémoires ou Femmes, luttes et résistance.
La Cathédrale Sainte-Marie, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, accueille de temps en temps des concerts classiques qui nous font profiter de sa majestueuse résonance. Des soirées autour des chants traditionnels sont aussi organisées, comme il y a quelques années avec la Pastorale Samaritaine.
Deux salles de la Mairie d’Oloron s’ouvrent régulièrement au public qui assiste à des conférences ou débats sur des thèmes très différents, comme ceux proposés par l’Association Trait d’Union et son cycle Culture d’Hiver. Pour la saison à venir : domestication du loup, réchauffement climatique, gaz de schiste ou gaz de schisme, la Retirada, les retables et le baroque… Une autre association, Transmetem, consacra l’année dernière une journée à  Xavier Navarrot, auteur béarnais de nombreuses chansons comme le fameux « Adiu Plana de Bedous ». Cette année le sujet sera Miquèu Grosclaude, Occitaniste contemporain. Des conférences de tout autre ordre sont organisées, par exemple sur Vaccins et Aluminium, Cuisine Méditerranéenne …
La Médiathèque d’Oloron, en foctionnement depuis 2010, dont la conceptrice, l’architecte Pascale Guédot, reçut en 2010 l’Équerre d’Argent, outre son magnifique point de vue sur la Confluence des deux Gaves, Aspe et Ossau, présente de temps en temps des expositions pointues : Louis Barthou (engagement et responsabilités politiques durant la première moitié du XXème siècle), Albert Camus, à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance…
La salle Pallas, haut lieu des rendez-vous sportifs (hand et basket), reçoit aussi des groupes musicaux comme il y a quelques années les Quilapayun ou Escudéro (ce n’était pas hier). C’est aussi le lieu de rencontres/soutien à diverses causes comme la Corruda de Calandreta (Ecole Occitane) ou les Virades de L’Espoir.

Spectacles en plein air : bien sûr durant l’été surtout.
Durant le Festival de Jazz de juillet les concerts off se déroulent dehors autour de la Salle Jeliote. Chaque mardi de l’été, l’Anti Mites de Josiane Desloule propose des pièces et concerts en plein air, dans un cadre verdoyant aménagé avec goût. Des séances de cinéma en plein air se déroulent dans le cadre de Quartiers d’été, sans compter quelques représentations musicales lors des fêtes de chaque quartier oloronais.

Voici donc un aperçu des nombreuses possibilités « culturelles » sur Oloron, avec ses oublis, car la liste n’est bien entendu pas exhaustive. Et répétons que ne sont pas citées les manifestations culturelles hors Oloron, ni celles concernant la langue occitane.